Comment demander à votre propriétaire d’effectuer des réparations ?

août 27, 2020 Non Par Stéphane
Demander au propriétaire d'effectuer des réparations

Que vous ayez une infestation de termites ou un toit qui fuit, ce sont des réparations urgentes auxquelles un propriétaire doit s’occuper le plus rapidement possible. Les problèmes liés aux réparations sont l’une des plaintes les plus fréquentes que les locataires formulent auprès des Associations Départementales d’Information sur le Logement ou ADIL. 

En tant que locataire, vous devez savoir quel type d’entretien un propriétaire est censé assurer et comment faire en sorte que l’endroit que vous appelez « chez vous » ne tombe pas en ruine sous votre surveillance.

Qui est responsable ?

Les propriétaires doivent maintenir les locaux dans un état raisonnable en tenant compte de l’âge de la propriété, du montant du loyer que vous payez et de la durée de vie prévue des locaux. Ils doivent également se conformer aux lois sur la construction, la santé et la sécurité. 

Alors que vous êtes responsable de tondre la pelouse et de remplacer les ampoules, le propriétaire doit s’occuper des pannes des appareils fournis comme les fours et les chauffe-eau, des dommages causés par les tempêtes ou par l’éclatement d’une conduite d’eau. 

Si vous n’êtes pas sûr de la nature des réparations que vous devez faire en tant que locataire ou des types de réparation que votre propriétaire doit faire, appelez votre gestionnaire immobilier et demandez-lui son avis. Il devrait être au courant de qui est responsable de quoi.

Contactez rapidement votre gestionnaire immobilier ou votre propriétaire

Il est bon d’informer le gestionnaire immobilier ou le propriétaire des problèmes d’entretien dès qu’ils surviennent. Beaucoup de locataires ne veulent pas signaler les réparations parce qu’ils pensent que la prochaine fois qu’ils renouvelleront leur bail, le loyer augmentera, alors que ce n’est pas le cas et ça ne doit pas être le cas. 

Si un locataire ne signale pas une anomalie ou un problème et que cela cause des dommages supplémentaires à une propriété, cela peut être considéré comme de la négligence. Le locataire pourrait alors se retrouver devant le tribunal et se voir ordonner de payer la franchise d’assurance du propriétaire parce qu’il n’a pas signalé le problème. 

Conservez toutes les correspondances

Il est important de garder une trace de toutes les correspondances relatives à votre problème de réparation. Mettez par écrit les demandes critiques et les actions entreprises afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur qui a dit quoi. Gardez une trace des appels téléphoniques, en indiquant la date et l’identité de la personne à qui vous avez parlé, et, le cas échéant, prenez des photos de l’objet qui nécessite une attention particulière et transmettez-les au gestionnaire immobilier ou au propriétaire. 

Le principal obstacle à la demande de réparations par les locataires est la menace d’une expulsion sans motif. Les locataires craignent d’être perçus comme des locataires gênants. Certains locataires affirment qu’on les licencie parce que le propriétaire ne veut plus s’occuper d’eux. Même si ces résiliations de bail se produisent, elles ne sont pas courantes, et les locataires devraient persister dans leurs efforts pour faire effectuer les réparations.

Travaillez avec votre gestionnaire immobilier

La plupart des gestionnaires immobiliers souhaitent fournir un bon service aux locataires et aux propriétaires et leur travail consiste à s’assurer que les réparations sont effectuées en temps voulu. 

Les propriétaires doivent savoir que s’ils n’entretiennent pas leur propriété, ils se retrouveront avec des locataires indésirables. La dernière chose qu’ils veulent, ce sont des gens qui ne s’occuperont pas de leur propriété. Par ailleurs, les réparations sont généralement déductibles des impôts.

Parfois, c’est le gestionnaire de la propriété qui laisse passer les réparations. A titre d’exemple, une fuite d’eau a été laissée sans surveillance pendant plus d’un an dans une propriété parce que l’ancien gestionnaire immobilier n’a jamais eu le temps d’engager un artisan pour la réparer, malgré le feu vert du propriétaire. Les locataires mécontents ont fini par partir. Pour pouvoir de nouveau être louée, la propriété doit être remis en bon état. Si c’est votre gestionnaire immobilier qui vous laisse tomber, essayez de contacter directement le propriétaire pour lui faire part de vos préoccupations.

Aucune action ? Appelez le réparateur ou les autorités

Si votre gérant ou votre propriétaire est injoignable, vous pouvez, dans certaines circonstances, organiser vous-même une réparation. Pour obtenir le remboursement d’une réparation urgente, vous devez pouvoir prouver que l’objet de la réparation n’était pas de votre faute, que vous avez essayé de joindre le propriétaire ou le gérant de l’immeuble et que les réparations ont été effectuées par un commerçant agréé. 

Vous pouvez également consulter le site web du syndicat des locataires ou d’une association comme l’ADIL pour obtenir des conseils, des fiches d’information et des lettres types que vous pouvez télécharger, adapter et envoyer. 

En dernier recours, vous pouvez demander au tribunal civil et administratif de votre département d’ordonner que les réparations soient effectuées. Le tribunal coûte du temps et de l’argent aux locataires, donc si vous pouvez résoudre un problème de réparation sans eux, c’est finalement mieux, mais c’est la seule façon d’obtenir des ordonnances contraignantes. 

Selon la forme de la réparation, vous pouvez avoir droit à une réduction de loyer jusqu’à ce que la réparation soit terminée. Cela peut être une bonne motivation pour le propriétaire de terminer la réparation.

Quelles sont les réparations urgentes qu’un propriétaire doit effectuer le plus rapidement possible ?

  • Une rupture de service d’eau ou une fuite grave du service d’eau.
  • Des toilettes bouchées ou cassées.
  • Une grave fuite du toit.
  • Une fuite de gaz.
  • Un dangereux défaut électrique.
  • Des inondations ou des dommages graves causés par les inondations.
  • De graves dégâts causés par une tempête ou un incendie.
  • Une panne ou une défaillance de l’alimentation en gaz, en électricité ou en eau des locaux.
  • Une panne ou une défaillance du service d’eau chaude.
  • Une panne ou une défaillance de la cuisinière ou du four.
  • Une panne ou une défaillance d’un chauffage ou d’un climatiseur,
  • Une faute ou un dommage qui rend les locaux dangereux ou peu sûrs.